Médiavox, le journalisme à la carte

Poster un commentaire

20 janvier 2013 par julieclement

Mediavox.fr, site lancé cet été, propose un concept tout neuf. L’interface repose sur le crowdfunding, où l’internaute finance ce qui lui plait. Un principe qui se démocratise petit à petit et qui s’applique désormais à l’information.
Mediavox01
Le crowdfunding en question
Vous voulez qu’un article sur le thème que vous avez choisi soit publié ? Vous souhaitez voir le reportage que vous avez commandé ? Désormais le crowdfunding répond à vos attentes en matière d’information. Sur Mediavox le principe est simple, les journalistes proposent des sujets anglés et les internautes choisissent ceux qu’ils veulent lire, voir ou écouter. Le concept est nouveau et ressemble au mécénat. L’internaute paye pour avoir accès au contenu, ici l’information, qu’il a choisi. « Mediavox est un site d’information où les lecteurs proposent et financent par crowdfunding les sujets d’actualité qui sont réalisés par des journalistes professionnels.« , définit Manuel Silveira da Cunha, co-fondateur du site.
Le crowdfunding est une méthode qui repose sur le financement participatif. Le fonctionnement est simple. Le journaliste propose un sujet avec un thème et un angle. L’internaute joue le rôle du mécène, du soutien financier en apportant des « vox« , la monnaie virtuelle du site. Si le système n’est pas neuf, comme l’a montré l’essor de MyMajorCompany pour la musique ou de Peopleforcinema pour le cinéma, il se développe désormais pour les médias. Sur Mediavox les journalistes proposent leurs sujets et le budget qu’il leur faudrait pour les réaliser. Une fois que le financement est terminé à 100% la réalisation peut commencer. Les sponsors peuvent ensuite suivre le déroulement du sujet grâce à un carnet de bord que propose le reporter en ligne, et avoir le reportage en avant-première.
De nouveaux paradigmes dans les systèmes de l’information sont alors mis au jour. Là, c’est l’internaute qui achète les sujets, qui les commande. Le journaliste propose et l’internaute se place comme un acheteur. On s’aperçoit donc clairement que l’information répond alors aux mêmes lois de l’offre et de la demande que dans tout secteur économique.
Mediavox02
Des solutions pour palier à la crise
Alors que l’information n’a jamais été aussi présente dans notre quotidien (journaux gratuits, internet illimité, blogs…), les médias connaissent une crise structurelle. Mediavox propose alors aux internautes de répondre à leurs demandes en matière d’information. Les fondateurs du site n’ont pas peur d’affirmer que l’idée d’un tel concept est venu en observant les réalités des médias aujourd’hui. « Gros problèmes de financement, mauvaise gestion des journaux, rémunération honteuse des journalistes…« , autant de petits cailloux qui se coincent dans le grand engrenage et qui empêchent le système de fonctionner comme avant, à la manière traditionnelle.
Pourquoi un tel fonctionnement pour produire de l’information ? Mediavox explique. « Nous pensons que l’information, surtout si elle est de qualité et vérifiée ne peut être uniquement gratuite, et comptons sur le ras-le-bol des lecteurs envers la presse actuelle et la volonté de sortir des 20% de sujets qui occupent 80% du paysage médiatique. » Même si ce nouveau type de fonctionnement et de production de l’information n’est pas une formule miracle pour résoudre cette crise, Mediavox s’inscrit dans le sillon de jeunes médias prometteurs. La presse a tendance à se reformer, à se refonder sur des nouveaux modèles pour tenter de nouvelles approches. On peut citer Mediapart, journal en ligne par abonnement, ou encore la revue XXI qui fête ses cinq ans d’existence, sans publicité.
Mediavox03
Une histoire de pérennité
Si le système semble tout à fait novateur, on peut s’interroger sur la pérennité de tels sites. En effet, le crowdfunding est difficile à mettre en place sur le long terme étant donné qu’il faut sans cesse démarcher et relancer des potentiels investisseurs pour de nouveaux sujets. Pour pérenniser et installer son offre Mediavox envisage dans le futur un système d’abonnements pour que les internautes puissent se sentir réellement investis dans la production de reportages. Dans la même optique, pour que l’internaute-financeur se sente valorisé dans le projet il a des avantages par rapport aux autres. Il a par exemple le droit d’échanger avec l’auteur et de voir le projet final avant tout le monde.
De plus, il peut se poser le problème de la transparence dans ce genre de démarche. A qui reviennent réellement les fonds et dans quelle proportion? Comment les reporters évaluent leur budget ? Si de telles questions sont soulevées c’est parce que des sites reposant sur le crowdfunding en font les frais. Quelques producteurs en colère se sont en effet élevés contre MyMajorCompany qui met parfois trop de temps à produire des albums. L’avenir de Mediavox et du financement participatif se joue alors sur ces terrains précisément : la confiance et la pérennité.
Dans un système médiatique où tout est en constante évolution, il faut désormais compter sur le mécénat 2.0.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Web 2.0

%d blogueurs aiment cette page :